Marcel Van

Un coeur à coeur avec Jésus

21 juillet 2007

Après la motu proprio, les enfants morts sans baptème

Copie_de_f_v2007_026L'essentiel sera de comprendre la profondeur de l'Amour de DIEU.
C'est toute la théologie d'abord déployée par Sainte Thérèse de l'enfant Jésus -docteur de l'Eglise- et continuée par Marcel Van que l'Eglise a à comprendre.
La pentecôte à venir décrite par certains saints sera la gloire de cette religion de l'Amour souhaitée par le Pape Jean Paul II.
Après le motu proprio sur la liturgie ancienne, il s'agit maintenant pour le Pape de lever les peines éternelles des enfants nés sans baptême.
Ce texte est au coeur des conversations entre Jésus et Marcel Van, des pistes sont données et nous savons que le Pape Benoit XVI a demandé à des cardinaux de l'Eglise catholique de donner leur avis.
Je pressens une nouvelle fois, une très grande nouvelle qui sera annoncée au grand dam des forces diaboliques qui essaient de prendre possession de toute la terre et qui sera la délivrance par une absolution plénière du Pape de tous les enfants morts sans baptème.
Ce nouveau bataillon de saints et de saintes ne sera pas de trop auprès de Jésus pour prier et pour l'adorer, il sera composé en plus de tous les enfants innocents morts prématurément, de tous les enfants morts dans le sein de leur mère c'est à dire de mort naturelle ou par avortement.
De nombreuses familles se retrouveront avec un saint ou une sainte au Ciel qui priera pour leur conversion.


Commentaires

    Petite erreur d'appréciation des limbes

    je ne suis pas doué pour expliquer alors je vais recopier le passage sur les limbes de l'"Initiation à la théologie de Saint Thomas d'Aquin" portant sur les enfants morts avant l'age de raison et le saint baptème :

    Tous sans doute portent la souillure du péché originel. Mais cette faute de nature ne leur est pas imputable personnellement. Déjà victimes des spoliations qu'elle a produites, faudrait-il les punir encore comme s'ils en étaient responsables?

    Ce sont des existences moralement neutre!

    Aucun mérite ni aucune culpabilité, puisqu'il n'y eut pas un acte délibéré et volontaire. L'équité prescrit donc : ni récompense ni chatiment. La survivance, logiquement, doit rester neutre comme la vie le fut. [...]

    Alors la théologie, sous le contrôle du magistère infaillible de l'Eglise, découvre l'existence des "Limbes des enfants", proches des "Limbes des Patriarches", où les âmes ni méritantes ni coupables vivent dans leur état naturel avec des satisfactions limitées qui résultent du simple exercice de leur facultés; privées de la béatitude céleste, mais sans en souffir puisqu'elle n'y ont pas droit, exemptes aussi des douleurs punitives, puisque rien ne les y comdamne.

    [fin de citation]

    LE RP. Sineux insiste bien que la miséricorde de Dieu étant infinie et sa puissance aussi, il garde bien sur la possibilité d'infuser sa grâce comme bon lui semble. Mais il n'y a aucune certitude sur ce point.

    L'existence des limbes est donc une approche prudente de ce problème, et n'étant pas définie par un dogme rien ne vous oblige à y croire.

    Par contre il faut bien comprendre les limbes et ne pas y voir une punition ou encore une "peine éternelle". Si n'ont pas droit à la vie surnaturelle, la vie naturelle dans sa perfection est déjà un bien excellent.

    Posté par pierre mallet, 05 juillet 2008 à 22:14
  • enfants morts sans baptême

    Est-ce au pape de décider qui sera au ciel ou non?
    Comment peut-on comprendre autrement cette décision?

    Posté par tante Claire, 03 octobre 2007 à 01:30
  • enfants morts sans baptême

    Est-ce au pape de décider qui sera au ciel ou non?
    Comment peut-on comprendre autrement cette décision?

    Posté par tante Claire, 03 octobre 2007 à 01:30
  • enfants morts sans baptême

    bien sûr que ce n'est pas au pape de décider qui sera au ciel ou non, mais n'est ce pas l'Eglise qui fait les procès de canonisation ? c'est Dieu qui envoie les signes et l'Eglise les étudie... enfin je crois, non ?

    Posté par coincoinounette, 03 octobre 2007 à 16:20

Poster un commentaire