Marcel Van

Un coeur à coeur avec Jésus

23 mars 2009

Un retard dans l'oeuvre dans mon Amour

95Jésus : Maintenant, Marcel, laisse moi parler et écoute.
Aujourd'hui dimanche, j'ai voulu te choyer encore un peu...Mais les douceurs une fois passées, viendra un temps où tu devras accepter l'amertume. Si je te dis ces choses, il ne faut pas t'en attrister, n'est ce pas ? Plus tard, il y aura des moments où tu ne voudras plus me manger; tu éprouveras un tel dégout que tu voudras plus m'avaler.
Pourquoi cela, Marcel ?
Tu ne le comprends pas maintenant et, de plus, je ne veux pas te le dire avant le temps. Mais ce jour venu, tu pourras voir et comprendre. Pour le moment, reste d'abord joyeux car plus tu es joyeux, plus je suis content, plus je t'aime, plus je te couvre de baisers et plus je t presse sur mon coeur.

Marcel, ne trouves tu pas que c'est un bonheur pour toi que d'être aimé de moi, d'avoir été choisi pour être mon petit ami, mon épouse, la mère des ames et l'apôtre de mon Amour.
Marcel, quel bonheur plus grand pourrais tu souhaiter ?
Cependant, Marcel comme elles sont encore nombreuses les ames qui devraient accepter les mêmes fonctions que toi, fonctions que je réserve à mes épouses les plus chères mais qui ne daignent même pas s'en occuper, occasionnant par là un retard dans l'oeuvre de mon Amour.

Actuellement, ces fonctions sont encore abandonnées dans un coin parce qu'il ne se trouve personne pour les accepter. J'attends toujours et s'il se présente une ame prêtre à les accepter, je les confierai sans retard ...

Sacr__coeurMarcel, je suis actuellement bien triste de me voir ainsi abandonné des ames; cela va de soi. Mais il y a encore une chose que je redoute : c'est que nombre d'ames que j'ai choisies pour être mes épouses n'en viennent, elle aussi, à m'abandonner.

Délaissant la charge que je leur avais confiée, elles me la remettront puis, devenues semblables aux autres ames, elles se vengeront de moi d'une façon très cruelle, me regardant comme un simple étranger et agissant avec moi comme si elles n'avaient jamais été mes épouses. Oh Que faire, Marcel, devant la tache immense exigée par mon Amour ?

A quelles épouses confier maintenant ces fonctions si nécessaires au bien des Ames ?

Nous parlons souvent de l'Eglise, de ses faiblesses et avec ce texte, ce nouveau "j'ai soif " de Jésus prouve que c'est de notre Amour dont Jésus a besoin. Un coeur à coeur à Jésus, voilà ce que l'Eglise doit enseigner !!

Bon carême à tous

Colloques 208-210


Commentaires

Poster un commentaire